lundi 23 janvier 2017

La retraite de la reine Paola

                                 

(Article actualisé en mai 2017)

Qu'est devenue la reine Paola depuis l'abdication de son époux le 21 juillet 2013?  Le bilan est contrasté entre événements heureux (fréquents séjours en Italie, mariage de son petit-fils Amedeo, naissance de sa première arrière-petite-fille) et événements moins heureux (problèmes de santé, relations difficiles avec ses deux fils Philippe et Laurent, procès de Delphine Boël, décès de son amie Marina Poswick).

1° Ses résidences
Nos anciens souverains continuent d'habiter le château du Belvédère que la Donation Royale met gracieusement à leur disposition depuis 1959 (plus d'infos :  http://royalementblog.blogspot.be/2012/02/le-chateau-du-belvedere.html). Dans les Ardennes, la reine Paola a entrepris des travaux dans l'ancien presbytère de Villers-sur-Lesse qu'elle a acheté (plus d'infos :  http://familleroyalebelge.blogspot.be/2014/01/lancien-presbytere-de-villers-sur-lesse.html). On ignore s'ils y ont déjà séjourné. Plusieurs fois par an, Albert et Paola se rendent dans leur villa "Les Romarins" à Châteauneuf-de-Grasse qu'ils possèdent depuis une vingtaine d'années dans le sud de la France.

2° L'Italie
Le magazine français "Point de Vue" a affirmé que le couple séjournerait régulièrement à la casa Ruffo à Rome. Héritère en copropriété de la maison romaine de ses parents, la reine Paola aurait entièrement réaménagé le deuxième étage de la casa Ruffo, située à l'angle de la via Gregorio Allegri et de la via Jacopo Peri. La terrasse de la demeure donne d'un côté sur le parc de la villa Borghèse et de l'autre sur les jardins de la nonciature apostolique d'Italie. Le Palais n'a ni confirmé, ni démenti ces affirmations.

Certains disent aussi que le roi Albert II aurait promis à son épouse de faire le tour de l'Italie après son abdication. Si c'est vrai, il a tenu parole, car ils sont régulièrement aperçus aux quatre coins du pays. En septembre 2013, ils ont visité des villas palladiennes et la basilique de Vicenza, se sont rendus au château de Monselice de leur amie la comtesse Marina Emo Capodilista, et ont assisté avec le marquis Alfredo Diana et son épouse à un spectacle dans le théâtre romain de Posillipo. Les anciens souverains ont ensuite offert un concert à 300 habitants de Salina, une des îles Eoliennes qu'ils affectionnent depuis plusieurs années.

En mars 2014, Albert et Paola visitent le Musée San Domenico de Forli. Le mois suivant, ils sont photographiés à leur arrivée à l'aéroport de Palerme en Sicile. Ils viennent passer les fêtes pascales à Mussomeli en compagnie d'Astrid, Lorenz, Maria-Laura, Joachim et Laetitia-Maria. On sait qu'ils ont séjourné chez la comtesse Rosemarie Tasca d'Almerita, qu'ils ont visité le château de Sutera et qu'ils ont été faits membres de la confrérie de la Sainte-Marie des Miracles. Toujours en avril, le couple royal et sa fille la princesse Astrid sont présents au Vatican pour la double canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II. A cette occasion, ils sont reçus en audience privée par le pape François, et retrouvent d'autres têtes couronnées (le roi Juan Carlos et la reine Sophie d'Espagne, le grand-duc Henri et la grande-duchesse Maria-Teresa de Luxembourg, le prince Hans-Adam et la princesse Marie-Aglaé de Liechtenstein, p.ex.).

Leur yacht "Alpa IV" jete l'ancre en juillet à Calvi, où ils ont visité l'ancienne cathédrale Saint-Jean-Baptiste et al réserve naturelle de Scandola. En août, ils séjournent dans la station balnéaire de Forte dei Marmi où la Reine est née. Ils y inaugurent une exposition du peintre italien Carlo Carra avec les autorités locales, la famille de l'artiste et le secrétaire d'Etat au Patrimoine. Ils sont aperçus en train de se promener à la Noël 2014 à Cortona, un village de Toscane, puis en avril 2015 à Mantoue et Sabbioneta.

En juin et juillet 2015, l' "Alpa IV" navigue autour de la Corse et de la Sardaigne. Au cours de cette croisière, ils sont rejoints plusieurs jours par leur fille la princesse Astrid, leur belle-fille la princesse Claire et quatre de leurs petits-enfants (Laetitia-Maria, Louise, Nicolas et Aymeric).

Suite à son malaise en août, la reine Paola annule sa présence à l'inauguration, prévue le 5 septembre 2015, du Musée Villa Visconti Venosta à Grosio, dans lequel a vécu sa marraine la marquise Margherita Visconti, décédée en 1982. Son père Emilio Visconti Venosta fut écrivain et ministre des Affaires étrangères. Paola écrit une lettre d'excuses aux organisateurs ("Des raisons de santé m'imposent de rester à Bruxelles sous observation médicale et dans un repos absolu"), et se fait représenter à l'inauguration par son neveu le marquis Nicolo di San Germano et sa nièce la comtesse Antonella Calvi di Bergolo. Elle annule également sa visite à la Biennale de Venise.

En décembre, Albert, Paola, Astrid et Lorenz sont au Vatican pour le lancement de l'Année de la Miséricorde et l'ouverture par le pape François de la porte sainte de la basilique Saint-Pierre. Nos anciens souverains se rendent à nouveau au Vatican pour les fêtes pascales en 2016.

Durant l'été 2016, comme l'année précédente, nos anciens souverains effectuent une croisière autour de la Corse et de la Sardaigne, durant laquelle ils sont rejoints par Astrid, Claire, Laetitia-Maria, Louise, Nicolas et Aymeric. En septembre, ils sont photographiés devant l'église Saint-Nicolas de Bari.

3° Ses activités officielles
Passant plusieurs mois par an en vacances à l'étranger depuis l'abdication, le nombre d'activités officielles de la reine Paola ne cesse de diminuer :  70 en 2011,  67 en 2012,  59 en 2013,  26 en 2014,  19 en 2015,  12 en 2016. A l'image de la grande-duchesse Joséphine-Charlotte de Luxembourg et de la reine Sophie d'Espagne,  la reine Paola a décidé de se faire plus discrète sur la scène publique.

Les anciens souverains n'assistent plus aux événements de la Cour, à l'exception des funérailles de la reine Fabiola en 2014 et de l'hommage national au palais royal aux victimes des attentats de Bruxelles en 2016. Le 15 novembre, ils participent au Te Deum et à la réception au Parlement organisés pour la fête du Roi.

La reine Paola continue de suivre les activités de la Fondation Reine Paola qu'elle a créée en 1992 en faveur des jeunes en difficulté. Chaque année, elle remet les Prix Reine Paola pour l'Enseignement et assiste au concert de Noël de la fondation. Par contre, elle se fait désormais représenter par un autre membre de la famille royale à la remise en octobre des Prix Terre d'Avenir de la Fondation. En 2015, elle a visité en mars le centre scolaire Asty-Moulin à Namur (lauréat du Prix Terre d'Avenir 2014) et était présente en avril au forum "Ecole de l'Espoir" organisé par sa fondation.

Présidente d'honneur de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, la reine Paola assiste à leur concert de gala annuel, et a inauguré, en janvier 2015, la nouvelle aile de Launoit de la Chapelle. On notera aussi sa présence aux funérailles du comte Jean-Pierre de Launoit (président du Concours Musical Reine Elisabeth) en novembre 2014.

Dans le domaine culturel, la reine Paola restera associée aux cinq oeuvres d'art contemporain belges qu'elle a fait installer au palais royal de Bruxelles. Depuis l'abdication, elle continue de suivre le travail des personnes qui y ont collaboré. Elle s'est rendue deux fois au Musée d'Art Contemporain du Grand-Hornu, dirigé par Laurent Busine : pour l'exposition "Ce tant curieux musée du monde" en 2014 et pour l'exposition "L'homme, le dragon et la mort" en 2015. En 2015, elle a également visité les oeuvres de Jan Fabre installées aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, et l'exposition "La Mer - salut d'honneur de Jan Hoet" à Ostende.

Laurent Busine confie à la presse :   "Cela fait fort longtemps que j'effectue régulièrement des visites, principalement avec la reine Paola. La première fois que je l'ai rencontrée, c'était en 1983 au palais des Beaux-Arts de Charleroi pour une expo d'art vidéo. Elle était alors princesse de Liège. Avec le temps s'instaure une réelle connivence de propos. Je suis très honoré qu'ils aient pensé à venir pour ma dernière exposition au MAC's. Je prends cela comme une reconnaissance du travail accompli. Ils étaient déjà venus il y a une dizaine d'années pour une visite officielle et à chaque fois qu'ils reviennent, ils sont émerveillés par l'atmosphère du site. C'est un réel bonheur de les accompagner car ce sont des connaisseurs, on peut donc aller plus loin dans les explications. Le Roi a aussi pas mal d'humour et c'est souvent très drôle lorsqu'il sort un petit mot d'esprit".

Si elle a cédé la présidence d'honneur du centre Child Focus à la reine Mathilde en 2014, la reine Paola reste présidente d'honneur du comité de parrainage de Missing Children Europe, et continue de suivre leurs activités. En 2014, elle a reçu en audience les responsables en janvier, et assisté à un film sur l'exploitation sexuelle des enfants en avril et à une conférence en décembre. En 2015, à l'invitation de Bernadette Chirac, nos anciens souverains se sont rendus au théâtre Arlequin à Paris pour la première du film "Retour à la Vie" d'Ilaria Borrelli et Guido Freddi (fils de son amie Marina Poswick, décédée en 2014) sur la prostitution infantile. L'impératrice Farah d'Iran et l'actrice belge Alexandra Vandernoot y ont également assisté. En mai, la reine Paola était présente à une table ronde organisée par Missing Children Europe au Parlement Européen. En 2016, le 15ème anniversaire de Missing Children Europe a été fêté à Bruxelles et rehaussé de la présence du roi Albert, de la reine Paola et de la princesse Astrid.

A côté de ces grandes thématiques dans son agenda public, on notera d'autres exemples d'activités officielles de la reine Paola en Belgique depuis l'abdication : visite de l'exposition "Le Corps de l'Inde", 150ème anniversaire de la Croix-Rouge de Belgique, visite de l'asbl "Habbekrats" à Bruxelles (à qui elle accorde son Haut Patronage), hommage à la dépouille mortelle de l'ancien premier ministre Jean-Luc Dehaene, inauguration de la nouvelle salle Albert II du Musée Bellevue, concert de l'Association Femmes d'Europe, opéra "Rigoletto" à l'Opéra Royal de Wallonie, rencontre avec le patriarche oeucuménique de Constantinople, visite de l'exposition "21, rue La Boétie" à Liège, visite de l'Institut Roi Albert II contre le cancer, etc. On remarquera que la reine Paola ne se rend quasiment plus en Flandre, probablement car sa connaissance du néerlandais ne s'est sans doute pas améliorée depuis l'abdication.

4° Sa santé
En octobre 2013, la reine Paola est opérée pour un problème urologique bénin au Centre Hospitalier Universitaire Saint-Pierre à Bruxelles. Elle fait sa première apparition publique après son opération lors de la fête du Roi le 15 novembre. Sa nouvelle coiffure plus courte ne passe pas inaperçue.

La reine Paola souffre de problèmes d'arythmie cardiaque depuis son malaise d'août 2015.

Nouveau problème de santé en décembre 2016 :  une fracture vertébrale suite à une chute. Elle est hospitalisée plusieurs jours aux Cliniques Universitaires Saint-Luc, mais le traumatisme n'avait pas occasionné de complication neurologique. Une ré-éducation de plusieurs mois était nécessaire. Un mois et demi plus tard, la reine Paola faisait une nouvelle chute au château du Belvédère et se cassait le col du fémur. Opérée le 17 février aux Cliniques Universitaires Saint-Luc, elle y reste jusqu'à la mi-mars. Le Palais signale alors qu'elle avait "suffisamment d'autonomie à la marche et dans les mouvements de la vie quotidienne pour pouvoir regagner le château du Belvédère et y poursuivre une ré-éducation intensive de sa hanche et de sa fracture vertébrale qui reste invalidante".

Nous souhaitons un bon rétablissement à la reine Paola qui fêtera ses 80 ans en septembre prochain.

lundi 9 janvier 2017

Les conseillers du roi Philippe

                                     15622680_1782629525334013_8149882181399481957_n                  

(Article actualisé en juin 2017)

Dès le lendemain de son accession au trône le 21 juillet 2013, le nouveau roi a nommé ses conseillers. Un mélange hétérogène d'anciens conseillers du roi Albert II (Pierre Warnauts, Jef Van den Put, Hubert Roisin, Yves Costers, Chantal Cooreman et Pierre-Emmanuel De Bauw), d'anciens conseillers de Philippe et Mathilde lorsqu'ils étaient ducs de Brabant (Pierre Cartuyvels, Noël De Bruyne, Alain Gerardy et Machteld Fostier), et de nouveaux venus à la Cour (Frans Van Daele, Philippe Kridelka, Geneviève Rénaux et Rafike Yilmaz). Cette dernière est un signe d'ouverture du Palais : pour la première fois, une Belge d'origine immigrée fait partie des conseillers du souverain.

Après quatre ans de règne, l'entourage du roi Philippe a-t-il changé?  La réponse est oui car il y a eu des départs à la retraite et certains conseillers sont repartis dans nos ambassades à l'étranger, mais l'ancienne équipe de confiance des ducs de Brabant (Pierre Cartuyvels, Noël De Bruyne, Alain Gerardy et Machteld Fostier) est toujours bien là.

Secrétaire général de la Maison du Roi :  le poste a été occupé pendant trois ans par Philippe Kridelka. Ce diplomate liégeois avait travaillé auparavant à l'Unesco et dans les cabinets des ministres socialistes Elio Di Rupo, Laurette Onkelinx et Rudy Demotte. Durant l'été 2016, il est nommé ambassadeur en Thaïlande, et est remplacé par Pol De Witte, ancien ambassadeur de notre pays en Turquie et au Danemark, étiqueté SPA.

Chef de cabinet :  Frans Van Daele occupe le poste le plus stratégique et le plus politique du Palais. Etiqueté CD&V, ce diplomate quadrilingue retraité de grande réputation a représenté la Belgique aux Nations Unies et à l'Otan, et fut aussi chef de cabinet du président du Conseil Européen Herman Van Rompuy.  Au sein du Cabinet du Roi, Frans Van Daele est secondé par Yves Costers (chef de cabinet adjoint et conseiller juridique) et Pierre Cartuyvels (chef de cabinet adjoint et conseiller diplomatique). L'équipe fonctionne bien :  en quatre ans de règne, il n'y pas eu la moindre interpellation au Parlement sur le rôle politique et les discours du roi Philippe. Ce dernier semble bien s'entendre avec le monde politique qui respecte la confidentialité des colloques singuliers. Même le républicain Bart De Wever reconnaît qu'il n'a rien à lui reprocher sur le plan politique.  Après quatre années comme chef de cabinet du roi Philippe, Frans Van Daele quittera ses fonctions durant l'été 2017 et  sera remplacé par le diplomate bruxellois francophone Vincent Houssiau. Comme ses deux prédécesseurs Jacques van Ypersele de Strihou et Frans Van Daele, il a travaillé dans plusieurs cabinets CD&V (Herman Van Rompuy, Steven Vanackere et Yves Leterme).

Relations Internationales :  Avocat, Pierre Cartuyvels a fait de la politique au sein du CD&V : il a été élu conseiller communal, premier échevin et bourgmestre de la commune de Landen. Entré en diplomatie en 2000, il a été chef de cabinet du ministre wallon Guy Lutgen, ainsi que conseiller diplomatique du premier ministre Yves Leterme et du ministre de la Défense Pieter De Crem, avant d'entrer en 2012 au service du prince héritier Philippe. Depuis 2013, il est chargé de préparer les relations diplomatiques du souverain.

Conseillère économique :  c'est la diplomate libérale Geneviève Renaux qui occupe ce poste depuis 2013. Elle aide également la princesse Astrid pour la préparation de ses missions économiques à l'étranger.

Médias et Communication :  après avoir été pendant un an directeur général de la communication externe de la Chancellerie du premier ministre, le diplomate Pierre-Emmanuel De Bauw revient au Palais pour retrouver le poste qu'il avait déjà occupé de 2007 à 2012 sous le règne d'Albert II. Mais il y bénéficie d'une plus grande liberté et de plus de moyens.  La directrice-adjointe du service est Rafike Yilmaz depuis 2013. Cette Anversoise trentenaire socialiste et d'origine turque était auparavant conseillère de la ministre de l'Emploi Monica De Coninck. Lors des élections communales de 2012, Rafike Yilmaz occupait la 39ème place sur la liste du bourgmestre sortant Patrick Janssens face à la liste NVA de Bart De Wever.

En quatre ans de règne, Pierre-Emmanuel De Bauw et Rafike Yilmaz ont modernisé la communication du Palais qui est présent sur Twitter depuis 2013 et sur Facebook depuis 2015. En décembre dernier, le Roi a répondu aux questions d'enfants pour les émissions "Karrwiet" (VRT) et "Ouftivi" (RTBF). Pierre-Emmanuel De Bauw quittera ses fonctions en septembre 2017 pour devenir ambassadeur de Belgique à Dublin.

Intendant de la Liste Civile:  C'est le lieutenant-général Noël De Bruyne (ancien directeur de la Maison des ducs de Brabant) qui s'occupe de la gestion des ressources humaines, financières et matérielles du Palais depuis 2013. Il siège au conseil d'administration de la Donation Royale, et est administrateur-délégué de la Fondation Médicale Reine Elisabeth et de l'asbl Les Oeuvres de la Reine. Noël De Bruyne est secondé par la trésorière Chris Van den Brande.

Chef du protocole : Après avoir été officier d'ordonnance des rois Baudouin et Albert II, l'amiral francophone Pierre Warnauts devient Maître des Cérémonies (une appelation qui n'est plus utilisée aujourd'hui) en 1999, puis chef du protocole quelques années plus tard. Après le changement de règne de 2013, il est secondé par Alain Gerardy, chef du protocole adjoint (il était auparavant conseiller de la Maison des ducs de Brabant). Le 31 décembre 2016, Pierre Warnauts part à la retraite et est remplacé tout naturellement par Alain Gerardy. Né en 1967 à Ottignies, le colonel Alain Gerardy est titulaire d'un master en sciences politiques et militaires de l'Institut Royal Supérieur de Défense, et vit actuellement en Flandre.

Maison Militaire :  Après avoir été commandant de l'Institut Royal Supérieur de Défense, l'Anversois Jef Van den Put est chef de la Maison Militaire du Roi de 2005 à 2016 (tant sous le règne d'Albert II que Philippe). C'est lui qui dirige les aides de camp et officiers d'ordonnance, et s'occupe de toutes les activités militaires du souverain. Jef Van den Put part à la retraite le 1er octobre 2016, et est remplacé par le général major Thierry Vandeveld, originaire de la province de Namur et ancien directeur de l'Ecole Royale Militaire. Il est secondé par le capitaine de frégate Peter Degraer.

Secrétaire de la Reine :   La diplomate Machteld Fostier continue d'être le bras droit de la princesse/reine Mathilde, dont elle est la principale conseillère depuis de nombreuses années (de 2000 à 2006 ; de 2008 à nos jours). Ancien ambassadeur, le baron Johan Swinnen est également chargé de mission auprès de la Reine pour son rôle d'ambassadrice des Objectifs de Développement Durable de l'ONU.

Requêtes :  Chantal Cooreman - qui travaille au Palais depuis 1997 - continue de s'occuper du département des requêtes qui englobe également le Secrétariat Social de la Reine. Originaire de Vilvorde, elle est licenciée en droit de la VUB et a travaillé au ministère des Affaires Economiques.

Commandant des Palais Royaux :  C'est Georges Roman qui occupe ce poste, ainsi que celui de directeur des Chasses Royales. Il dirige l'ensemble du personnel de service et d'entretien, et veille à la maintenance et à l'entretien des demeures royales.